De l’amour et de la naissance du monde…

Si, appuyé sur l’épaule de celle que j’aime je vois, disons, la paix du soir sur un lieu montagnard, la prairie d’un vert doré, l’ombre des arbres, les moutons au museau noir immobiles derrière les rochers, et que je sais, non par son visage, mais dans le monde même tel
Categories : Euhhhh, Non classé