Au fil de l’eau…

Je voudrais écrire un mot, comme ciselé de subtile magie et au pouvoir plus grand qu’un ancien volcan. Dans ce mot, j’y mettrai la douceur bleutée des lagons, perles de rêve à l’abri des tempêtes ; j’y mettrai la beauté froide et minérale de ces montagnes en équilibre au dessus

Chant du sidérurgiste antédiluvien

Je suis de cet acier dont nous forgions nos lances Nos hauts-fourneaux étaient de terre réfractaire Nous y coulions le fer dans des moules sommaires Et c’était à la forge et c’était au marteau Que du fer à nos rêves et la cendre mêlée Nous inventions l’acier dont nous forgions