Joie de vivre

Jess, Une amie récente, m’a posé, il y a quelques jours, la question de savoir si j’avais peur de la mort. Sur le coup cette question m’a surpris et je lui ai fourni, si je me souviens bien, une réponse évasive. Cette question m’a taraudé quelque temps, jusqu’à ce que j’écrive le texte suivant, qui m’a permis de la désamorcer.


De vos existences étriquées je me repais
c’est un théâtre d’ombres où je n’ai d’autre rôle
que celui du rieur aux éclats de l’oubli

Ni merci ni pardon qu’un long enfouissement
l’écheveau de vos rêves est perle de néant
tapie au sein d’une huître au cœur de l’océan

Des cités englouties aux guerres d’aujourd’hui
seuls demeurent vivant sur les lèvres du temps
les doux fruits récurrents de l’Amour au printemps

Je suis la Mort joyeuse et vagabonde
et tisse de vos vies les ailes de mes nuits

13/05/2009

Laisser un commentaire