Amalgame odieux

L’amalgame Hitler-Staline est devenu récurrent chez les intellectuels bien pensants et une marque de politiquement correct. Ainsi cet interview de Paul Ariès: «Les crises donnent plus souvent naissance à des Hitler et des Staline qu’à des Gandhi». Cet amalgame est indécent…

Heureusement que le peuple soviétique était là, avec les plans quinquennaux qui ont organisé l’industrialisation que l’on sait et la traque sans merci des éléments de déstabilisation qui a permis d’empêcher qu’une cinquième colonne ouvre les portes du pays aux nazis comme ça a été le cas dans l’ensemble des autres pays d’Europe. Heureusement que l’URSS était là pour ouvrir la porte à la décolonisation et permettre des Gandhi ou des Sukarno.

Depuis les années Reagan et Tatcher et la publication du « livre noir sur le communisme », les mensonges de la propagande nazie soient devenus la vérité historique officielle. Il faut surtout oublier que le Nazisme et le fascisme ne sont qu’un accomplissement du capitalisme. Que le cri de la bourgeoisie dans les années trente était « plutot Hitler que le front populaire » et que les maîtres à penser du libéralisme, dont se réclame aussi Macron, sont les mêmes qui ont organisé le coup d’état de Pinochet, de Suharto et qui ont mis en place les pires dictatures de la seconde partie du XXème siècle. Cambodge compris.

Que serait devenu l’URSS sans l’agression permanente dont elle a été victime de 1918 à 1955 ? Nul ne le sait, mais ce qui est sur c’est que jamais dans l’histoire de l’humanité la bourgeoisie n’a laissé un peuple s’en émanciper sans sans lui mener une guerre totale et sans pitié. Depuis Toussaint Louverture jusqu’au Kurdistan aujourd’hui…

La crise mondiale que nous traversons actuellement pointe de manière particulièrement cruelle les faillites de trente ans que contre-révolution libérale. Les services publics sont en miettes, les industries indispensables à assurer la préservation des populations ont été saccagées ou délocalisées à l’autre bout de la planète pour garantir les profits d’une classe parasite et toutes les libertés publiques sont suspendues.

Ressortir l’épouvantail Staline pour dire au fond : laissons la bourgeoisie aux affaires et advienne que pourra, c’est tout seulement obscène dans le contexte actuel.

Étiquettes:

Laisser un commentaire