La gauche vaincra…

Je me souviens d’un graffiti apparu sur le mur d‘une usine de marbre d’Arudy à la toute fin des années soixante-dix et devant lequel je suis passé des années durant en allant grimper sur les falaises toutes proches.

Sa simplicité et sa visionnaire lucidité en étaient toutes déconcertantes aux yeux du jeune homme que j’etais tout à l’euphorie de l’espoir suscité par l’élection de 1981. Plus de 40 ans plus tard, nous en sommes toujours là, la planète est proche du burn-out et nos acquis sociaux n’ont eu de cesse, durant ces quarante ans, une demi-vie, d’être constamment remis en cause et rognés.

Ces cinq dernières années, sous les coups de bélier permanents de l’escroc Macron, le délitement du tissu social qui structure notre nation s’est accéléré et l’urgence de le combattre n’est apparue à l’ensemble des forces de gauche, dont j’espère qu’elles constituent encore le camp du « progrès », même si le concept s’est appauvri, qu’au lendemain des élections présidentielles.

C’est donc sous la bannière unie d’une NUPES aux contours flous mais à l’importance d’une urgence vitale que la Gauche se présente aux élections législatives, rendant à ce vieux slogan peint d’une main philosophe par un militant anonyme sur le mur d’une usine des Pyrénées toute son actualité.

« La gauche vaincra, mais qui vaincra la Gauche ? Les travailleurs ! »

Étiquettes:

Laisser un commentaire