Mémoire de la boue

Le 11 novembre 2017,

Quatre-vingt dix-neuf ans

Presque un siècle déjà que la glaise vous broie
à Perthes-Lès-Hurlus où ton ombre s’efface
dans le silence lourd du bronze et de l’effroi

De vos amours perdus le vent ne se résigne
qu’à porter jusqu’à nous une plainte muette
enterrée affolée mais à jamais étreinte

Cette effarante danse aux sombres épitaphes
écrites en lettres d’or et de sang qui se glace
à épeler vos noms de marbre sur nos places.

De vos vies sacrifiées ne restent que des croix.

À Ferdinand Montet ; Orliaguet 24/11/1881 ; Perthes-Lès-Hurlus 18/2/1915

Laisser un commentaire