Lettre ouverte à un ami

Sarko rit!

[Re: De la part de Jose BOVE (déclaration de candidature officielle)]

Salut Thierry,

Merci de me faire parvenir la déclaration de candidature de José Bové, cela m’a permis de la lire.

Ainsi donc j’ai appris qu’il se présente comme un candidat de rassemblement à gauche. Pourtant si son combat altermondialiste et contre les OGM doit être salué, sa candidature aux élections présidentielles ne saurait être présentée comme une candidature d’union anti-libérale. La manière dont José Bové l’a amenée ne peut être considérée comme exempte de calculs politiciens et à la place d’une candidature d’union, c’est une candidature de division qui ne peut qu’affaiblir le mouvement anti-libéral que nous offre José Bové. Rappelons les faits : Le 23 novembre 2006 José Bové se retirait de la course à l’investiture anti-libérale en mettant dos à dos PCF et LCR accusés par lui de vouloir briser la dynamique unitaire. Rappelons qu’Olivier Besancenot et la LCR avaient alors déjà décidé de faire cavalier seul et que Marie-George Buffet était candidate à porter les couleurs de l’Alternative Unitaire avec Clémentine Autain, Yves Salesse et Patrick Braouzec. Dès lors la candidature de José Bové n’a plus été soumise au débat, et sur la dernière ligne droite seuls restaient en lice MG Buffet, Y Salesse et C Autain. Une majorité des collectifs se sont prononcés pour MG Buffet, je l’ai regretté car à ce moment là ça n’était pas ma préférence comme peuvent en témoigner les membres du collectif du Sarladais ainsi que les messages postés sur mon blog, mais force est de reconnaître la légitimité du choix d’une majorité de collectifs. Au collectif national des 9 et 10 décembre nous avons assisté à un tir de barrage d’une majorité d’organisations contre la candidate choisie par les collectifs dans les motivations desquelles l’anti-communisme ne peut être exclu. Qu’à la suite de ce blocage systématique le parti communiste ai choisi de présenter Marie-George Buffet semble inévitable. Comment un parti comme le parti communiste ayant mis l’ensemble de ses forces et de ses moyens dans la dynamique anti-libérale aurait-il pu accepter que sa représentante choisie par une majorité de collectifs soit écartée au seul prétexte qu’elle était communiste au profit d’un(e) candidat(e) ayant reçu le soutien d’une petite minorité de collectifs. Cela aurait été balayer un choix démocratique évident et une curieuse façon de concevoir la construction d’une alternative démocratique au libéralisme.

Dans ces conditions comment voir le retournement des candidats mis en minorités lors des débats des collectifs autrement que comme une manoeuvre politicienne dont on a tout lieu de croire qu’elle a été orchestrée dès le début par José Bové et dont le but était de passer outre le débat et le choix des collectifs pour imposer d’en haut sa candidature. José Bové se la joue facile de critiquer les communistes de s’être investi à fond dans les collectifs et de se poser en sauveur d’une unité au nom d’un appel d’individualités et en dehors du cadre du débat construit par les citoyens désireux de construire à gauche une alternative au libéralisme. Je reste persuadé qu’il ne peut y avoir d’homme providentiel, ni dieu, ni césar, ni tribun pour paraphraser l’Internationale. Seule compte la démarche de rassemblement des forces éparses des victimes de la globalisation inhérente au capitalisme et qui ont pu montrer lors du référendum qu’en montant unies au créneau elles pouvaient repousser les assauts des forces coalisées des tenants de la fuite en avant vers toujours plus de capitalisme. Reste à démontrer notre capacité à construire un rassemblement majoritaire permettant d’imposer d’autres choix économiques que celui de faire fonctionner l’ensemble de la société au seul profit d’une infime minorité de grands possédants. Marquée du sceau de la manoeuvre politicienne y compris dans les arguments avancés sur le site unisavecbove.org pour soutirer des signatures aux maires UMP en faisant valoir que l’émiettement des voies à gauche du PS affaiblirait la gauche, la candidature de José Bové ne va malheureusement pas dans ce sens. Elle renforcera forcément l’effet vote utile au profit de la candidature social-libérale de Ségolène Royal, elle va hypothéquer la recherche de candidatures unitaires pour les législatives du mois de juin et risque de porter au mouvement anti-libéral un coup dont il mettra du temps à se remettre et que les tenants du libéralisme de droite comme de « gauche » pourront mettre à profit dans leur entreprise de démolition du « modèle social » français.

Je suis et reste persuadé que si le mouvement anti-capitaliste ne doit pas se construire autour du Parti Communiste, il ne peut pas se faire autrement qu’avec lui et que ceux qui affirment qu’il peut se faire contre lui, à l’image du soit disant philosophe et soutien de Bové Michel Onfray, n’ont d’autre but que contribuer de l’intérieur à empêcher qu’un mouvement naisse dans ce pays à même de contester et de renverser l’ordre établi par les forces du capital et destiné à assurer leur contrôle total sur les moindres aspects de notre vie quotidienne. Je suis navré que José Bové entre dans ce jeu là. Se faire photographier au coté du sub-commandante Marcos n’est à mes yeux une garantie d’aucune sorte sur sa volonté et sa capacité à se mettre au service des forces transformatrices de notre société. Je suis persuadé qu’à l’inverse du sub Marcos qui s’est mis entièrement au service de la cause des indiens du Chiapas et par là même du peuple mexicain, José Bové cherche à mettre la cause des victimes de la globalisation libérale au service de son ambition personnelle. Je le regrette, sa candidature n’est pas une bonne nouvelle pour l’altermondialisme dans notre pays, même si ce n’est pas par un blocage au niveau des parrainages que peuvent se régler les problèmes politiques.

Toutes ces raisons font que je t’appelle à soutenir la seule candidature anti-libérale légitime et dont le score au 22 avril sera mesuré comme l’indicateur de la capacité des altermondialistes à s’unir pour commencer à construire une alternative à gauche dans notre pays, celle de Marie-George Buffet porteuse du programme alternatif élaboré par les collectifs au cours de l’automne 2006.

Avec toute mon amitié, transmets la bise à Marie et aux enfants.

Jean

Laisser un commentaire