Fin de la récréation ?

Récréation

Sarkozy semble faire peur, y compris à une certaine partie de l’électorat de droite. Ses récentes déclarations lors d’un entretien avec Michel Onfray pour la revue « Philosophies » dans lesquelles il affirme être persuadé de la prédisposition génétique des individus à des déviances comme la pédophilie ou à des comportements sociaux comme la délinquance ont déclenché des vagues que l’individu n’avaient pas anticipées, faisant même paraître l’ultra-réactionnaire Villiers comme un homme de gauche sur cette question. Il faut dire que les relents d’eugénisme que fleurent les propos de notre ex-premier-flic-de-France semblent remonter des plus nauséabondes heures de l’histoire de notre continent. Que celui-ci semble surpris de la levée de bouclier qu’il a suscitée laisse rêveur sur l’état d’imbrication des pensées des droites, du prétendu respectable « centre » aux cloaques de l’extrème.

Et d’ailleurs combien de dirigeants centristes ou gaullistes ont fait leurs classes dans des mouvements de jeunesse ouvertement fascistes, qui se rappelle aujourd’hui que Patrick Devedjian, Alain Madelin et Gérard Longuet ont figuré parmi les fondateurs du groupuscule fasciste Occident ? Ce qui fait peur dans Sarkozy est-ce Sarkozy en soi, ou est-ce la droite débridée qui avance en rang de bataille derrière lui? Se poser cette question c’est me semble-t’il se poser la question « qu’est-ce que la droite ? » et essayer de lui apporter des éléments de réponse pour regarder la période écoulée et éclairer celle qui s’ouvre devant nous.

On assimile souvent la droite à ce qu’on appelle la « réaction », le « conservatisme » par opposition à une tendance forte des sociétés à évoluer vers un « progrès » (social, scientifique…) dont les combats de la gauche auraient été le moteur. Cette définition a contrario a pu paraître suffisamment claire un temps où une gauche à l’offensive arrachait un à un des droits sociaux en vue d’améliorer les conditions de vie et de travail de l’immense majorité de la population à une bourgeoisie arc-boutée sur ses privilèges et ne lâchant du lest que contrainte et forcée sous la pression des luttes populaires. Les choses ont changé depuis les années 80 et l’arrivée au pouvoir du Parti Socialiste. En renonçant à ses engagements électoraux de 1981 et en se soumettant aux lois du marché (le tournant de la « rigueur ») le Parti Socialiste a renoncé à l’ambition affichée jusque dans son nom de réformer la société vers une meilleure répartition des richesses. Sa position quasi hégémonique au sein de la gauche à la suite de la baisse d’influence du Parti Communiste lui a permis de marginaliser complètement les oppositions à ce virage et à rendre inenvisageable dans les attentes populaires un changement, même progressif, des fondements de la société vers une société socialiste. On se rappelle encore l’émission « vive la crise ! » de 84 qui symbolise à mon sens ce tournant idéologique.

La disparition de l’Union Soviétique et des démocraties populaires n’a pu que renforcer ce fatalisme au seuil des années 1990. Dés 1986 c’est une droite débarrassée de toute opposition politique sérieuse qui a pu revenir au pouvoir et passer à l’offensive : Privatisation massive, attaque généralisée contre les droits sociaux acquis qualifiés d’archaïques par opposition à une prétendue modernité libérale et promotion du culte de l’argent et de la réussite individuelle n’ont eu d’autre but que de culpabiliser les membres des couches exploitées de la population rendus coupables, par leur incapacité à s’extraire seuls de leur condition sociale, de la dégradation de leurs conditions de vie. Car la droite est d’abord et avant tout l’expression politique de la bourgeoisie visant à faire fonctionner l’ensemble des rouages de la société à son seul profit par la plus grande exploitation possible du reste du corps social, à qui l’on consent seulement à accorder les moyens de se maintenir en état de reproduire sa force de travail.

Dès lors qu’entend-t’on par droite républicaine par opposition à extrème-droite, hormis les circonstances historiques? Il peut-être intéressant pour cela de se remémorer les conditions de la naissance de notre république à la suite de la défaite de Sedan en 1870. Jusqu’à cette date la droite était en France monarchiste ou bonapartiste (ce qui ne faisait qu’une différence d’appréciation de la tête devant porter la couronne) mais sûrement pas républicaine. Un pouvoir autoritaire était en effet plébiscité par la bourgeoisie pour que les choses soient dans l’ordre, c’est à dire que les ouvriers travaillent le plus durement pour un salaire le plus petit possible, que les métayers et les fermiers se tiennent tranquilles dans leurs sabots crottés sous l’arbitraire des anciens et nouveaux nobles ou grands propriétaires, que les soldats aillent tailler des empires aux intérêts des grandes compagnies et les défendent contre tous ces sauvages qui n’accepteraient pas cette noble visée civilisatrice… La chute de l’Empire, la proclamation de la République en septembre 70 suivie de l’élection d’une assemblée monarchiste a eu comme conséquence directe la prise de pouvoir révolutionnaire par le Peuple de Paris.

Comme une traînée de poudre, face à la désertion de la grande bourgeoisie puis au déclenchement de la guerre civile par le gouvernement de Thiers et l’assemblée à sa botte, l’idée que le peuple pouvait s’autogouverner est devenue force de gouvernement dans le Paris communard. C’est ainsi que sous l’agression permanente et durant 72 jours Paris a connu la première tentative en Europe de mise en place d’une société que l’on pourrait qualifier de socialiste, sous le contrôle direct et permanent de la population, au grand effroi des classes possédantes et des notables de province. C’est là que s’est scellé un pacte entre radicaux républicains et droites monarchistes et bonapartistes, pacte qui devait conduire à la pérennisation de la république en France face à la menace de l’extension au pays de la catastrophique expérience parisienne. Qu’on écrase pour 50 ans avec la Commune les idées socialistes et l’on s’accommoderait d’une république qui ne remettrait pas en cause le droit des possédants. Mieux valait ça qu’une monarchie qui pourrait faire converger les aspirations des républicains et des socialistes et auraient porté en germe les risques d’une nouvelle Commune.

C’est ainsi, au prix d’une Alsace-Lorraine offerte aux prussiens et au milieu des ruines sur les charniers fumants remplis du meilleur du peuple de Paris, que s’est scellé l’avenir républicain de la France et que nous devons d’avoir sur notre échiquier politique une droite républicaine. Mais quelle est cette république dont la première mission a été de préparer pendant plus de 40 ans le tombeau des 3 millions de ses fils assassinés afin de rendre aux industriels et financiers français le potentiel économique de l’Alsace-Lorraine échangé par Thiers à Bismarck contre les troupes nécessaires à noyer dans le sang la révolution parisienne ?

Les limites de cet engagement républicain ont été atteintes lors du front populaire qui à l’égal de son homologue espagnol montrait à la bourgeoisie et à son expression politique que les limites acceptables de la démocratie étaient atteintes. Si les couches populaires étaient capables de s’unir et d’imposer des réformes de grande ampleur allant de l’acquisition de droits sociaux nouveaux de grande portée comme les congés payés à la constitution d’un secteur public de premier plan dans l’économie du pays, c’est qu’il était temps de siffler la fin de la récréation. En Espagne on laissait écraser la république avec l’aide des armées fascistes et nazies et en France on préparait l’invasion du pays par les hordes d’Hitler après avoir déclaré la guerre à l’Allemagne.

De la très haute trahison qui éclatera au grand jour avec la débâcle, le vote des pleins pouvoirs à Pétain et la mise en place de la collaboration dans laquelle ont versé la quasi totalité de la grande bourgeoisie et une grande partie de la classe politique, de l’extrème droite jusqu’aux radicaux. L’objectif premier de tous ceux-là était l’éradication du « péril communiste » en France (entendons par là la menace de collectivisation des richesses de la bourgeoisie) et la destruction de l’Union Soviétique qui restait pour les classes populaires un exemple debout que le capital n’était pas incontournable et que d’autres choix que les intérêts égoïstes de la bourgeoisie pouvaient amener à la construction d’une société plus juste et plus fraternelle.

Poussant la collaboration jusqu’à l’ignominie, la bourgeoisie française et la droite sont sorties durablement discréditées et diminuées de la guerre et il faudra toute l’habileté d’un De Gaulle pour les sauver du naufrage total. Mais à quel prix et que penser du recyclage de tout l’appareil d’état collaborationniste y compris au moyen de certificats de résistance bidons à l’égal de ceux qui ont été fournis à Papon ? En quoi est-elle respectable et démocrate cette droite républicaine qui à signé les arrêts de morts de tant de démocrates ou de simples citoyens ? Elle n’est démocrate et respectable que lorsque la pression populaire la presse, la pousse dans sa tanière et la neutralise. « ..On ne fait pas la même politique en France si le PCF est à 20% ou au dessous de 10%.. » disait en son temps François Ceyrac alors président du CNPF, l’ancêtre du MEDEF, dans une sorte d’hommage du vice à la vertu.

C’est ainsi que le durcissement général du discours et de la politique de la droite et dont Nicolas Sarkozy est un exemple ne me paraît être que le résultat de la liberté laissée à celle-ci d’occuper tout le terrain du débat et des choix politiques. Avoir une candidate socialiste dans la continuité de la dérive libérale de son parti et qui ne semble avoir d’autre programme politique que de courir après les mirages d’une république qui finit de se vider de sa substance pour n’être plus que par ses oripeaux ne peut que renforcer le pouvoir de la bourgeoisie et laisser libre cours à la droite pour rejoindre son lit naturel. Et celle-ci sera d’autant plus autoritaire et violente que les tensions sociales ne peuvent que continuer à s’aggraver devant les dégâts engendrés par la fuite en avant libérale. Le 29 mai a été pour elle un coup de semonce et au delà du matraquage idéologique elle commence déjà à prendre des mesures pour ne plus pouvoir voir le verdict des urnes lui échapper, j’en veux pour preuve l’attaque qui commence contre le suffrage universel par la mise en place dans des municipalités UMP de machines à voter et qui concerneront le 22 avril déjà un demi million d’électeurs.

Une page ouverte en 1944 est en train doucement de se refermer, la bourgeoisie sonne à nouveau la fin de la récréation. Il y a urgence à constituer un pôle de résistance fort aux coups qui vont continuer à pleuvoir et redoubler d’intensité. Au delà des présidentielles que la bourgeoisie a déjà gagnées que ça soit Sarkozy, Bayrou ou Royal qui soit élu(e), pour ne citer que les favoris des sondages, c’est de notre capacité à nous unir sur des objectifs anti-capitalistes clairs, à faire monter l’exigence d’une autre société et à fédérer les luttes en les faisant converger vers cet objectif central que dépendra l’avenir de la démocratie dans notre pays. Si nous échouons, toutes les dérives sont possibles et la droite n’aura pas besoin de Le Pen…

En attendant jusqu’au 22 avril toute voix gagnée pour Marie-George Buffet constitue un pas dans la bonne direction, et la route est longue.

Laisser un commentaire